L’abbaye de Fontevraud, française ou anglaise ?

L’abbaye de Fontevraud est l’un des plus grands édifices religieux à dôme de France.  Fondée en 1100 par Robert d’Arbrissel, un prêtre repenti pour s’être marié, elle devient tour à tour nécropole royale d’une des plus grandes dynasties d’Angleterre : les Plantagenêts, puis prison et aujourd’hui centre culturel. Je vous propose donc aujourd’hui d’entrer dans l’une des plus belles abbayes de France, au cœur de l’histoire entre Français et Anglais à un moment où les deux rois prétendaient à l’une et l’autre couronne.

Vue du chœur de l’église abbatiale de Fontevraud

Comme le dit l’historien Jacques Dalarun, « Fontevraud n’est pas une abbaye : c’est une cité monastique ». Entouré d’un mur d’enceinte, le site d’environ 14ha regroupe en réalité trois prieurés à l’intérieur de ses murs : le Grand-Moûtier pour les femmes vierges, Sainte-Marie-Madeleine pour les pécheresses repenties et les Malades à Saint-Lazare ; et en quatrième, Saint-Jean-de-l’Habit pour les hommes en dehors de l’enceinte. Installés sur ces terres à partir de 1100, elle est dédiée au Pape Calixte II en 1119 alors que le chœur de l’église abbatiale vient d’être achevé. Il s’agit d’un petit ordre mais important, et notamment inédit puisqu’à sa mort, Robert d’Arbrissel demanda en ultime vœu que l’abbaye soit dirigée par une abbesse de sang noble, et pour la plupart d’ascendance royale.

Plan général actuel du site

L’abbaye, cependant, est surtout connue pour son histoire riche et intense à l’époque des premiers Plantagenêts. Henry II, roi d’Angleterre, duc de Normandie et d’Aquitaine, comte d’Anjou et du Maine, Seigneur de Bretagne, d’Irlande et du pays de Galles, agrandira les frontières de son royaume comme personne ne le fera avant l’Empire britannique. Régnant sur l’Europe occidentale, c’est au terme de grandes batailles et d’alliances – notamment matrimoniales avec Aliénor d’Aquitaine – qu’il  règnera entre 1154 et 1189. Tout le long de son règne, l’abbaye de Fontevraud, tout comme d’autres grandes abbayes comme Grandmont, feront l’objet de nombreuses faveurs, en expiation de sa plus grande faute, l’assassinat de Thomas Becket dans la cathédrale de Canterbury. Il s’agissait aussi d’une démarche intéressée dans la mesure où montrer ses richesses et son pouvoir permettait de conserver son emprise sur ses vassaux. En ce qui concerne Fontevraud, le roi et sa reine, Aliénor, feront don de terres et argent pour entretenir les lieux, mais aussi la choisiront pour leur repose éternelle. A l’intérieur de l’église abbatiale, dans la nef, se dresse aujourd’hui encore quatre gisants sur les six originaux : Henry II, mort à Chinon en 1189, et Aliénor d’Aquitaine, morte en 1204 à Fontevraud, leur fils Richard Cœur de Lion, mort en 1199 et leur fille Jeanne, morte en couches avec son fils  la même année. Y est aussi enterrée Isabelle d’Angoulême, belle-sœur de Richard Cœur de Lion. Aujourd’hui, il ne reste que les gisants des deux rois, Aliénor et Isabelle.

Gisants des Plantagenêts : Isabelle et Richard Ier devant, Aliénor et Henry II au fond

Réalisés en tuffeau tendre polychrome, à part celui d’Isabelle en bois, les défunts semblent allongés, représentés à plat-dos, portant la couronne et tenant le sceptre pour les rois. En réalité, seuls trois sont véritablement couchés, selon le sens des plis. Henry II, lui, présente des plis en cuvettes retombant vers les pieds, d’où l’impression qu’il est debout. Ces gisants, commandés par Aliénor d’Aquitaine, sont situés dans la nef de l’église abbatiale, construite elle aussi en pierre angevine selon un plan en croix latine. Ne présentant qu’une seule nef, divisée en quatre travées, percées de quatre baies de chaque côté, elle est recouverte de quatre dômes sur pendentifs. Ces derniers sont soutenus par quatre forts piliers doublés de colonnes de chaque côté et surmontés de chapiteaux de type Poitou/Anjou. Le transept croisant la nef, forme la tour qui servait de clocher. Comme la plupart des églises occidentales, l’église se termine par une grande abside formant le chœur sous une voûte plein-cintre formée par des arcs transversaux. Ce chœur, où était placé l’autel, est complété par un déambulatoire  desservant trois petites chapelles rayonnantes. Le décor est de type Poitou/Anjou, montrant un certain éclectisme tout en restant dans l’unité du style roman. La cuisine de l’ensemble abbatiale est aussi d’origine. Il s’agit d’une tour octogonale avec un toit aux nombreuses cheminées formant une forêt de tourelles.

Aliénor et Henry II écoutent l’histoire de Lancelot du Lac, enluminure, BNF (ms. fr. 123, f229)

Ainsi, d’un point de vue stylistique, il s’agit d’une abbaye romane typique en France. Mais d’un point de vue historique, elle intervient dans la gloire des Plantagenêts, installés dans l’Ouest de la France depuis Guillaume le Conquérant. Fontevraud n’est pas seulement une abbaye privilégiée où se multiplient les faveurs et fonds pour de nouvelles constructions. L’abbaye, qui a vu naître Henry II Plantagenêt, fils de Geoffroi Plantagenêt, comme l’indique le Grand Cartulaire de Fontevraud : « anno quo [1133 ndlr] natus filius Gaufridi Henricus », a aussi recueilli ses enfants et notamment le futur Jean Sans Terre pour leur éducation. Si d’un point de vue architectural, les Plantagenêts ont préféré la cathédrale du Mans comme fondation maîtresse, il n’empêche que l’abbaye de Fontevraud reste une modèle, notamment pour de nombreuses abbayes fontevristes en Angleterre : prieuré de Westwood (Worcester, 1155-8), prieuré d’Eaton (Leicester, 1162-4), et ce dès le début du règne d’Henry II, roi conquérant du premier empire anglais.

 

Bibliographie :

CONANT Kenneth John, Carolingian and Romanesque Architecture 800-1200, The Pelican History of Art, Penguin Books, Londres, 1979

DUFAY François, Fontevraud, l’écrin de pierre des Plantagenêts, Les Plantagenêts : Un empire au Moyen-Age, L’Histoire Collections, Avril-Juin 2013

MELOT Michel, Fontevraud, Paris, 1971

Henry II et son temps, Actes du colloque de Fontevraud, 29 septembre et 1er octobre 1990, Université de Poitiers, 1994

http://www.abbayedefontevraud.com/

http://www.alienor-aquitaine.org

Publicités