Le Hall, salle de réception à l’anglaise

Le « Hall » désigne en Angleterre un type architectural, apparu au Moyen Age. Il s’agit d’une maison de campagne ou d’un manoir composé à partir d’un large espace prenant parfois tout le rez-de-chaussée. Le Hall est l’élément essentiel de toute demeure aristocratique. Ses caractéristiques se fixent autour du XIIème siècle et demeurent sans changement aujourd’hui. Il s’agit du lieu principal de la vie sociale qui indique le cadre de vie du seigneur, une vie en communauté et là où le seigneur rend la justice. Le Hall est aujourd’hui encore utilisé dans les plus anciennes universités anglaises comme Oxford ou Cambridge. Cette semaine, nous vous proposons de découvrir l’évolution de cette structure architecturale de la fin du Moyen Age à l’époque Tudor. Are you ready ?

Ockwells Manor, gravure de Cecil Aldin (1870-1935), Eyre & Spottiswoode London.

Le hall reste l’apanage des classes aristocratiques, encore aujourd’hui dans l’architecture civile. Construit en briques ou en pierre, il est percé de fenêtres dès le XIIIème siècle de la même forme en arc brisé qu’on retrouve aussi dans l’architecture religieuse, divisée en lancettes. Celles–ci se présentent en saillie à partir du XVème siècle : on les appelle « oriel ». Les premiers halls, anglo-normands, présentent un plan similaire aux églises : deux rangées d’arcades sur piliers divisant le hall en 3 nefs comme à Oakham Hall (1180, Rutland) ou encore à Winchester Castle (1222, Hampshire). Rapidement, l’espace s’agrandit avec la disparition des imposants piliers. Le hall est alors soutenu par deux écrans et la charpente de plus en plus complexe : le grand Hall d’Eltham Palace pour Edward IV vers 1470. Ce palais, acheté par Edward II en 1305 fut largement restauré par les derniers Plantagenêt, notamment l’adjonction du Hall au rez-de-chaussée, couvert d’une imposante toiture formée d’un réseau complexe d’arc caréné  inscrit dans un rectangle-lui-même soutenu par la double pente de la toiture pour une meilleure répartition des forces, d’où la disparition des piliers. A Westminster Hall (1397), la charpente est décorée d’arcs brisés.

Kirby Hall, Northamptonshire, vue sur la galerie, vers 1570

Le Hall est au centre de la demeure médiévale et tudor précédé par un vestibule séparé par un simple écran de bois à double porte au-dessus duquel s’élève la tribune des musiciens aussi appelé « Minestrel Gallery ». De l’autre côté, un autre écran en forme d’écran sert d’entrée au seigneur, avec une estrade où la table de ce dernier est servie. Une galerie court en partie autour du hall rejoignant le hall aux cuisines et au-garde-manger.  A partir du XIVème siècle, la lumière devient plus abondante grâce aux avancées architectoniques expérimentées sur les chantiers des cathédrales, les cheminées apparaissent. Les exemples les plus frappants sont Markenfield Hall (vers 1310, North Yorkshire) et Penshurst (Kent), maison de John de Poultney, quatre fois maire de Londres. L’un des plus beaux exemples de hall du Moyen Age reste Ockwells Manor (Berkshire), réalisé vers 1460 pour Sir John Norreys, maitre de la « Wardrobe » royale.

Plan de Horham Hall, Essex, 1510-15

L’apparition de luxueuses maisons et notamment de grandes salles d’audience et de réception correspond à la montée du mécénat de l’aristocratie mais aussi des riches bourgeois. En effet, à partir du XIVème siècle, la tendance s’inverse : les religieux innovent moins, la création artistique se déplace vers les centres urbains où se concentrent la cour royale, l’aristocratie donc, mais aussi le commerce et donc les échanges. Les maisons se parent et deviennent de plus en plus raffiné. C’est pourquoi on parle de Court Style au XIVème siècle. Par exemple, les écrans sont sculptés de réseaux de rinceaux qu’on retrouve aussi sur les murs sous forme de lambris aux parties inférieures. Les parties supérieures des murs sont ornées de tapisseries et de broderies en Opus Anglicanum (article du 1er février 2014). La polychromie s’impose, tout comme la dorure. De nombreux vestiges de hall sont conservés entre autre au Victoria and Albert Museum

Panneau sculpté, 1530-1540, V&A

Au XVIème siècle, les premiers éléments de type Renaissance émergent en Angleterre et influencent de manière disparate quelques domaines artistiques de l’Angleterre. Influencé par l’architecture franco-italienne, l’écran disparait dans certaines demeures avec une entrée désormais au centre du Hall, comme à Sutton Place, Surrey, construit dans les années 1520. Les châteaux font place aux palais : Hampton Court et Nonsuch Palace sous Henry VIII. Ces palais présent(ai)ent un hall démesurément grand. Les boiseries commencent à présenter des décors figuratifs, principalement peints comme les boiseries peintes de Wolsey à Hampton Court : frise peinte par Antony Cote, elle présente une composition mythologique mais toujours dans un esprit et une esthétique médiévaux. La galerie se développe, servant de promenade couverte (Hampton Court).

Westminster Hall, par Richard II, 1393, Londres

A l’époque élisabéthaine, l’influence de la Renaissance se fait encore plus imposante avec toujours une entrée au centre de l’édifice pour de nombreux hall. Un style nouveau s’amorce en lien avec l’apparition d’un mode de vie « de plaisance » dans la société élisabéthaine. Les murs disparaissent au profit de grandes verrières comme à Burton Agnes Hall (1589-1603, Yorkshire) ou encore Kirby Hall. De grands architectes commencent à émerger : Robert Smythson (1535-1614), John Thorpe (1570-1610), etc. Robert Smythson reste la référence de l’époque, ayant construit de nombreux imposants manoirs : Wollaton Hall (Nottinghamshire, 1580-88) pour sir Francis Willoughby, ou encore Hardwick Hall (Derbyshire, 1590-96) pour la célèbre Comtesse de Shrewsbury « Bess de Hardwick ». L’architecture italienne se confirme par la symétrie de l’édifice : le hall distribue la maison divisée au centre du hall en deux parties similaires. On trouve cependant toujours des résidences avec un hall à écran à double porte. En effet, le Hall reste un élément profondément lié au bois par son décor et sa structure

Boughton Monchelsea Place, XVIème siècle

A partir du XVIIème siècle, c’est l’architecture de la grande salle de type français et/ou italien qui s’installe durablement en Angleterre avec l’influence de Versailles et du palladianisme. Le hall, élément dominant de la maison aristocratique en Angleterre, lieu de réunion, d’assemblées, de bals. Il disparait cependant progressivement des maisons bourgeoises au XIXème siècle.  En dérive les premières architectures américaines coloniales comme la « Hall and parlor house » dont le rez-de-chaussée est composé seulement d’un hall et d’un parloir.

 

Bibliographie :

DEVECHE André, Les styles anglais des origines à 1660, Flammarion, 1947

DUBY Georges, Art et Société au Moyen Age, Points Histoire, Editions du Seuil, 1997

GAIMSTER David, The House that Henry Built, British Archaeology n°60, August 2001

GIROUARD M., Robert Smythson and the Architecture of the Elizabethan Era, 1966

WATKIN David, English Architecture A Concise History, Thames and Hudson, Londres, 1979

WOOD M., The English Medieval House, 1965

 

Crédits photographiques : Wikipedia, V&A, Boughton Monchelsea Place, www.parliament.co.uk, English Heritage

Publicités

One Reply to “Le Hall, salle de réception à l’anglaise”

Commentaires fermés