« Georgian Spring » : les Expos du Printemps

Ce printemps, de nombreux musées à travers le monde se sont donné le mot pour traiter une même période : les Georgiens (1714-1830). L’occasion était trop belle pour ne pas y jeter un coup d’œil avec une dizaine d’expositions à épingler sur votre mappemonde. Car oui, cette année, il faudra voyager pour toutes les découvrir…

En France :

1_Stuart_George Washington_Crystal Bridges Museum#GeorgianSpring PARIS, Musée du Louvre – New Frontier III : Portraits anglo-américains à l’heure de la Révolution : Troisième opus de la saga américaine du Louvre, on s’intéresse cette année, après la peinture de genre et le paysage, au portrait américain, hérité du portrait anglais puisque de nombreux artistes américains vinrent étudier auprès des grands portraitistes anglais. Une petite expo de 5 œuvres à savourer après avoir traversé la Grande Galerie du Louvre, ou en passant par la Porte des Lions. On en profitera pour admirer les peintures anglaises dont le seul Turner conservé en France. Jusqu’au 28 avril 2014.

DelacroixPARIS, Musée Delacroix – Eugène Delacroix, le plus légitime des fils de Shakespeare : Nous, on aime ce genre d’exposition qui fait des passerelles entre art français et art britannique. Lorsque le monument de la dramaturgie anglaise rencontre un maître de la peinture française, ça donne une exposition exceptionnelle. A noter notamment la conférence du 10 avril à l’auditorium du Louvre : « La fortune iconographique de Shakespeare dans l’art britannique en 1760-1840 ». Jusqu’au 31 juillet 2014

 

A Londres :

V&A#GeorgianSpring Victoria & Albert Museum – William Kent, Designing Georgian Britain : Depuis une dizaine d’années, les recherches sur les grands artistes anglais bousculent le monde de l’art. Celle-ci fera date. Troisième épisode d’une série d’expositions organisées avec le Bard Graduate Center de New York, cette  exposition clôture 8 ans de recherches sur un artiste dont on connaissait l’importance mais pas toute l’étendue. Sont exposés une importante série de gravures et dessins montrant la genèse des monuments les plus emblématiques de l’époque ainsi que du mobilier, des reconstitutions, etc. Décor théâtralisé, on dénote cependant le côté légèrement commercial avec  des textes réduits incitant les visiteurs à acheter un catalogue au prix exorbitant de 45£. L’exposition reste cependant à un prix modéré de 8£ (par comparaison, l’exposition Véronèse à la National Gallery coûte 17£). A découvrir aussi dans le musée deux autres affichages : « British Drawings, 1600 to the Present Day » et « Empire Builders 1750-1850 : Part of the Brits Who Built the Modern World ». Jusqu’au 13 juillet 2014 : http://www.vam.ac.uk/content/exhibitions/william-kent-designing-georgian-britain/

 

Queen's

#GeorgianSpring Queen’s Gallery – The First Georgians: Art and Monarchy 1714-1760 :  A l’occasion du tricentenaire du couronnement de George Ier, la Royal Collection met en avant cette année la production artistique des règnes de George I et II qui utilisèrent ce medium pour assoir leur politique, alors contrôlé par le parti Whig. Des peintures, gravures mais aussi objets d’art montrent le faste de cette nouvelle cour et son implication politique. Du 11 avril au 12 octobre 2014 : http://www.royalcollection.org.uk/exhibitions/the-first-georgians-art-monarchy-1714-1760

 

NPGNational Portrait Gallery – Janey Morris, Pre-Raphaelite Muse : Nous vous avons parlé il y a quelques semaines de William Morris, et du cercle des Préraphaélites. Certains modèles féminins, comme Jane Morris, posèrent pour plusieurs artistes et photographies. Jane Morris entre autre, fut la muse de William Morris mais aussi Dante Gabriel Rossetti pour sa célèbre Proserpine, dont une copie vient d’être vendue au prix record de plus de 3 millions de livres en novembre dernier. Cette exposition reprend donc l’importance de Jane Morris, morte il y a un siècle en janvier dernier, dans l’art préraphaélite. Jusqu’au 11 mai 2014 : http://www.npg.org.uk/whatson/display/2013/janey-morris-pre-raphaelite-muse.php

 

Sir John Soane’s Museum – 1814 Celebrating Peace: Regency England and the First Summer of Love : A la veille de l’été, la maison du célèbre architecte propose une exposition sur les célébrations qui se sont tenues à la suite du Traité de Paris, mettant un point d’arrêt aux ambitions napoléoniennes. Ele s’intéresse particulièrement au rôle de John Soane dans l’organisation de ces célébrations qui se sont tenues à Londres et dans toute la Grande Bretagne. Profitez-en donc lors d’une halte estivale pour découvrir la maison, l’œuvre de Soane. Du 20 juin au 13 septembre 2014 : http://www.soane.org/exhibitions/amusements_and_luxurious_gratification_the_british_in_paris_in_1814

 

tateTate Britain – Folk Art : Une fois n’est pas coutume, une exposition s’intéresse à l’art populaire britannique. Au programme, de nombreux objets, peintures et sculptures seront exposés aux yeux des visiteurs, afin de mettre l’accent sur une production artistique trop souvent ignorée : celle du peuple. Du 10 juin au 7 septembre 2014 : http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-britain/exhibition/british-folk-art

 

WindsorWindsor Castle – Capturing the Castle, Watercolours of Windsor by Paul and Thomas Sandby : Nous vous en reparlerons à l’occasion de notre programmation #GeorgianSpring, la famille Sandby fut très célèbre pour ces aquarelles, ayant voyagée dans toute l’île britannique pour offrir des pépites romantiques et poétiques du paysage anglais. Cette exposition s’intéresse sur la série du château de Windsor, offrant des visions idylliques du château royal, capturant chaque évolution architecturale, du Moyen Age à l’époque georgienne. Jusqu’au 5 mai 2014 : http://www.royalcollection.org.uk/exhibitions/capturing-the-castle-watercolours-of-windsor-by-paul-and-thomas-sandby

En Angleterre :

Georgians-02#GeorgianSpring BATH, Fashion Museum – Georgians: Dress for Polite Society : Pendant toute une année, vous pourrez découvrir les merveilles de la mode anglaise (et française) du XVIIIème siècle. Nous reviendrons d’ailleurs sur cette exposition le mois prochain, le temps d’un article et d’un entretien avec son commissaire. Les femmes, mais aussi les hommes sont à l’honneur, offrant à voir les plus belles tenues que portaient cette nouvelle société qualifiée de « policée ». A visiter sans modération jusqu’au 1er janvier 2015 : http://visitbath.co.uk/whats-on/georgian-fashion-at-the-fashion-museum-p1602683

BATH, The Holburne Museum – Joseph Wright of Derby: Bath and Beyond : Cette exposition s’inscrit aussi dans la période georgienne, mettant l’accent sur un artiste anglais lors de son séjour à dans la ville thermale de Bath en 1775-77. Installé comme portraitiste à la suite de Gainsborough, il travaillera aussi sur de nombreux paysages mais aussi s’inspirera de la littérature sentimentale contemporaine qui influencera aussi ses portraits. Jusqu’au 5 mai 2014 : http://www.holburne.org/joseph-wright/

 

LeverBRADFORD, Cartwright Hall – Rossetti’s Obsession – Images of Jane Morris : le thème du modèle préraphaélite plait donc puisque ce muse anglais propose aussi, avec la National Portrait Gallery, une exposition « Anniversaire » sur  Jane Morris et son influence sur l’art de Dante Gabriele Rossetti qui n’aura de cesse de la mettre en scène dans ses plus grands chefs d’œuvres. Jusqu’au 1er Juin 2014 :  http://www.bradfordmuseums.org/whatson/event_detail.php?ID=778

 

FitzwilliamCAMBRIDGE, Fitzwilliam Museum – From Root to Tip : Botanical Art in Britain : En lien avec l’art du paysage et de l’aquarelle se développe aussi l’art botanique du XVII au XIXème siècle. Réalisées par des amateurs ou des artistes professionnels, ces aquarelles démontrent le gout pour le naturalisme et la nature, le tout dans une ambiance relativement décorative. So british ! Jusqu’au 11 mai 2014 : http://www.fitzmuseum.cam.ac.uk/whatson/exhibitions/article.html?4314

 

LIVERPOOL, Lady Lever Gallery – Turner; Travels, Light and Landscape:  On ne compte plus les expositions, les biographies sur l’un des plus grands génies du paysage anglais. Adoré par son peuple, admiré par les autres, voici une énième rétrospective sur l’artiste, qui ne promet aucune nouveauté essentielle sur son œuvre, mais qui permet de découvrir des collections méconnues comme celles de Liverpool. Jusqu’au 1er juin 2014 : http://www.liverpoolmuseums.org.uk/ladylever/events/displayevent.aspx?EventID=16722

 

conder_on_the_beach_swanageMANCHESTER Art Gallery – Channel Crossings: English and French Impressionism and Post-Impressionism : Là encore, cette exposition met en lumière des faces caches de cette peinture britannique très éclectique à l’époque victorienne, notamment sur l’influence  française qui importa l’impressionnisme en Angleterre. Vous y découvrirez des artistes comme George Clausen, John Singer Sargent ou encore Philip Wilson Steer aux côtés des grands Impressionnistes français comme Pissarro ou Sisley. http://www.manchestergalleries.org/whats-on/exhibitions/index.php?itemID=96

 

Dans le Monde :

GettyLOS ANGELES, J. Paul Getty Museum – A Royal Passion: Queen Victoria and Photography : Les expositions sur le goût de Victoria pour l’art en général sont incomptables (notons quand même celle de la Queen’s Gallery en 2010 : Victoria & Albert, Passionate Patrons). Celle-ci s’intéresse sur la photographie, qui apparait dès les débuts de son règne. A découvrir donc des portraits de reine et de sa famille, des œuvres de sa collection mais aussi des clichés touchants où on l’a voit apprcier certaines de ces photographies. Jusqu’au 8 juin 2014 : https://www.getty.edu/art/exhibitions/victoria/

 

MET

NEW-YORK, Metropolitan Museum of Art : De nombreuses expositions sur l’art anglais du Moyen Age au XXème siècle sont organisées à l’emblématique musée new-yorkais. On note tout d’abord l’exposition des vitraux de la cathédrale de Canterbury « Canterbury Stained Glass », jusqu’au 18 mai aux Cloisters. Pour les amoureux de la mode, une rétrospective sur Charles James (1906-78) « Beyond Fashion », grand couturier anglo-américain du XXème siècle, à voir jusqu’au 10 Août. Enfin une exposition sur l’héritage des Préraphaélites : « The Pre-Raphaelite Legacy » jusqu’au 26 octobre, où vous pourrez découvrir des œuvres des collections du Met’ de la génération suivant les Préraphaélites qui seront à l’origine du mouvement Art Nouveau au début du XXème siècle. http://www.metmuseum.org/exhibitions/listings/2014/canterbury-stained-glass ; http://www.metmuseum.org/exhibitions/listings/2014/charles-james ; http://www.metmuseum.org/exhibitions/listings/2014/preraphaelite-legacy

NEW-YORK, Museum of Biblical Art – Object of Devotion: Medieval English Alabaster Sculpture from the Victoria and Albert Museum : Les albâtres anglais sont la production la plus célèbre de l’Angleterre médiévale, avec la broderie dite « Opus Anglicanum ». Une exposition sur le sujet aait déjà fait date en 2002 au musée Cluny (Paris). Ici, vous pourrez découvrir la magique collection du Victoria & Albert Museum, conservant les plus beaux jalons de cette production sérielle. Jusqu’au 8 juin 2014 : http://mobia.org/exhibitions/object-of-devotion#slideshow1

PennStatePENNSYLVANIA STATE UNIVERSITY, Palmer Museum of Art – British Watercolours from the Permanent Collection : Cette année, ce musée universitaire expose les aquarelles de sa proper collection, rappelant l’importance de cette technique dans l’art britannique. Les œuvres exposées datent de 1750 à 1850, moment de l’apogée de l’aquarelle au Royaume-Uni. Les artistes exposés sont entre autre John Varley, Francis Towne, David Cox ou encore Peter de Wint, des artistes méconnus qui pourtant élevèrent l’aquarelle britannique au rang de genre artistique à part entière. Jusqu’au 4 mai 2014 : http://www.palmermuseum.psu.edu/exhibitions.html

RomaROME, Museo Fondazione Roma – Hogarth, Reynolds, Turner. Pittura inglese verso la Modernità : Autant dire que si vous voulez de l’exceptionnel, réservez votre billet pour Rome. Certes le sujet est traité depuis de nombreuses décennies, mais le simple fait de voir une exposition sur la peinture britannique au sein de la capitale italienne, très obtuse aux expositions d’artistes autres qu’italiens ou ayant vécu en Italie, cela vaut le détour. Au programme, des chefs d’œuvres prêtés par les plus grands musées anglais mais aussi par la galerie des Offices (oui elle conserve des œuvres britanniques). Le soleil estival, la dolce vita et les maitres anglais, que demander de plus ? Du 15 avril au 20 juillet 2014 : http://www.pitturaingleseroma.it/

YaleNEW HAVEN (Connecticut) – Yale Center for British Art : Fame and Friendship : Pope, Roubiliac and the Portrait Bust in the Eighteenth Century Britain : Parmi l’importante programmation de ce manoir, on note ENFIN une exposition sur la sculpture de l’époque georgienne. Réalisée avec Largement employée alors, elle a malheureusement fait l’étude que de peu de recherches où seuls les grands noms come Rysbrack, Roubiliac ou encore Flaxman sont cités. Aux sculptures sont associées des peintures traitant de la création sculpturale. Dans un contexte palatial, cette exposition promet d’être un ravissement pour les plus esthètes. Exposé aux Etats Unis jusqu’au 19 mai 2014, elle sera ensuite disponible au Waddesdon Manor (Aylesbury Vale, UK) du 18 Juin au 26 octobre 2014 : http://britishart.yale.edu/exhibitions/fame-and-friendship-pope-roubiliac-and-portrait-bust-eighteenth-century-britain

 

C’est tout pour cette saison…

NB : Pour ceux qui auraient raté l’exposition du musée Jacquemart-André cet automne, elle est de nouveau visible au musée Thyssen à Madrid.