« Georgian Architecture » : palais et maisons

par Alexis Dussaix

Chers lecteurs, chères lectrices,
Je suis ravi de nous retrouver à nouveau en face de l’art anglais. Remercions à Céline, notre sublime rédactrice-en-chef, grâce à elle, l’art anglais voit au jour sous nos plumes (et nos claviers). J’ai le plaisir de vous inviter à découvrir un sujet que j’ai envie de vous évoquer, en lien avec le projet  « Georgian Spring », de l’architecture au temps des « 4 Georges » (je ne vais pas vous parler de ce fameux mignon bébé des Cambridge qu’on parle en ce moment).

En France, nous avons connu des styles successifs : le gothique, le baroque, le classicisme, le rococo, etc… Et le Royaume-Uni, a-t-il suivi les Français ou mis en place son propre style « so british » ? Les pays européens ont adopté les termes antiques et fantaisistes qu’on nommera ensuite « le style européen ». A l’inverse, en Angleterre, l’architecture georgienne (sans accent, sinon on parle de la Géorgie, pays russophone), d’abord parlons de sa définition générale et ses caractéristiques principales afin de reconnaître ce style (si vous allez voyager au Royaume-Uni, ou visiter les palais de notre «  Lilibeth »).

01
Saltram House, 1743, gravure de 1832

L’architecture georgienne est un terme éponyme provenant du nom des quatre rois (George I, II, III, et IV) qui ont régné de 1714 à 1830. Ce style est une référence principale au style architectural des pays anglophones (compris les  colonies anglais aux Etats-Unis, à Philadelphia, Boston, New-York…) presqu’au même moment des règnes royales, entre 1720 et 1840.Le style géorgien ne signifie pas style classique, repris de l’Antiquité ; ni est un style périodique… Je précise que nous parlons du style sous les 4 George, puisque ce style a plusieurs catégories inspirées successives. Dans le courant principal du style georgien, on retrouve l’architecture anglo-palladienne, et ses alternatives fantasques (l’architecture gothique et les chinoiseries qui étaient l’équivalent du Rococo en Europe).      À partir du milieu des années 1760, il existe plusieurs types de style néoclassique selon les architectes comme Robert Adam, Sir William Chambers, James Wyatt… John Nash était l’un des architectes les plus productifs de la fin de la période georgienne connue sous le nom de style régence, et a conçu une grande partie de la ville de Londres. Le retour du style grec s’ajouta au répertoire, ses principaux défenseurs étant William Wilkins et Robert Smirke. Leurs réalisations dominent la fin de l’architecture georgienne qui se caractérise par ses proportions et son équilibre.

On peut déduire que l’architecture georgienne est une architecture urbaine, reposant sur l’ordre architectural classique et utilisait un vocabulaire pour la décoration dérivé de la Grèce et la Rome antiques. Les matériaux les plus utilisés sont la brique et la pierre. Les couleurs dominantes sont le rouge, le brun et le blanc. Cependant, les maisons georgiennes modernes sont de couleurs différentes.

02

Les caractéristiques de la maison georgienne sont un volume cubique simple à un ou deux étages, de deux pièces de profondeur, et strictement symétrique avec une porte d’entrée centrée, complétée par des fenêtres rectangulaires (incrustées dans la porte ou en vasistas[1]) et avec, à son sommet, un entablement ouvragé soutenu par des pilastres ornementaux. Le tout est surmonté d’une corniche embellie par des moulures à denticules décoratives. Les vitres des fenêtres sont toujours en nombre pair, et les fenêtres sont symétriques (que ce soit verticalement ou horizontalement). On en compte généralement cinq par façade.

 

03
Stourhead, Wiltshire

Nous allons maintenant parler des palais georgiens. Je suppose que la plupart d’entre vous regardent souvent des films anglais situés dans le cadre du XVIIIème siècle (le cadre à la « Jane Austen »). Ces films reprennent des monuments encore existants. Je vous laisse visiter cet album « Pinterest » vous proposant un florilège de photos des divers palais de l’époque georgienne :  https://www.pinterest.com/austenonly/georgian-architecture-castles-palaces-and-houses/ Du point de vue architectonique, ils reprennent les mêmes caractéristiques que la maison georgienne a plus grande échelle.  

04
Royal Crescent et The Circus, Bath

Nous allons voir à l’intérieur, ce qui nous intéresse de reconnaître également le style georgien. Est-ce similaire avec la France, avec des styles reprenant le nom des rois, comme le style Louis XV et XVI ? En réalité, la période géorgienne en ce qui concerne le mobilier et le décor intérieur est divisé en trois styles tout comme en architecture : néo-palladien, néo-classique, la Régence. Le début de l’ère géorgienne a duré à peu près de 1745 à 1780. Pendant ce temps, mobilier géorgienne se caractérise par sa conception palladienne, qui a été inspiré par l’art et l’architecture de l’Italie. Ces premiers travaux georgiens, qualifiés « over-the-top » en termes de design et de taille, étaient tellement chers que seuls les très riches pouvaient se le permettre. Au milieu de  l’époque georgienne, le mobilier et « le design » se fonde plus largement dans le style néo-classique, avec plus d’inspiration grecque. Apparaissent aussi les chinoiseries. Le mobilier au cours de cette période est caractérisé par de bonnes proportions et  un équilibre. En outre, ils sont plus abordables. Enfin, la fin de l’ère georgienne est souvent désignée comme l’âge d’or du mobilier avec une forte inspiration du mobilier français acheté par le Prince Régent, et ce fut à cette époque que la conception géorgienne a atteint son apogée.

 Je vous laisse également le lien pour voir les différentes images du style georgien dans les meubles ou le décor intérieur :  https://www.pinterest.com/kickfacebook/style-georgian-1720-1840/

05
Massachusetts Hall, Yale University, 1718-20

L’architecture georgienne exporte vers l’étranger, notamment dans les régions qu’elle occupe, l’empire britannique. Il s’agit des «  13 colonies »… C’est l’Amérique des Etats-Unis. On l’appelle alors «  l’architecture coloniale georgienne », le style georgien colonial et le style néo-palladien se sont fondus pour devenir le style fédéral. Les bâtiments georgiens étaient aussi construits en bois avec des planches en clin.  L’université Brown, l’université Stanford et le college of William and Mary à Williamsburg sont de parfaits exemples d’architecture georgienne.

Le style georgien a connu l’une des périodes les plus longues de l’histoire des styles dans l’art anglais, presqu’un un siècle et demi. Le style georgien se perdure dans les années 50, durant les jeunes années de la reine Victoria qui prend beaucoup au goût de l’historicisme tel le néo-gothique, ou bien encore « néo-Tudor » ce qui rappelle les décors au temps d’Henri VIII. Nous pouvons donc dire que l’Angleterre n’est pas un pays isolé durant le siècle des Lumières, mais reste à l’écart des influences européennes, à part les styles à la mode (inspiration grecque, chinoise et modèle versaillaise…). Le style georgien va succéder au style victorien qui sera plus éclectique et bien sûr plus moderne avec l’électricité et le gaz, à partir de 1850, cette année, nous allons entrer dans l’ère industriel en plein apogée dans l’Europe (chemins de fer, gaz, expositions universelles, rencontres diplomatiques qu’a effectué Sa Majesté Victoria Ier).

 

Bibliographie :

WATKINS David, English Architecture : A Concise History, Thame & Hudson

http://en.wikipedia.org/wiki/Georgian_architecture
[1]

Publicités