L’été indien : direction le Peak District

Par Céline Cachaud

La première fois que j’entendis parler du Peak District, ce fut au beau milieu du premier roman que je lus en anglais, un classique de la littérature romantique : Orgueil et Préjugés. La région ne m’avait alors pas autant marqué. L’année suivante sortait l’adaptation cinématographique avec Keira Knightley. J’y découvrais ses paysages, sa lumière, son patrimoine. Dix ans plus tard, la frustration s’empare de moi à l’idée de n’avoir pas encore parcouru ses sentiers, de ne pas avoir visité ses châteaux et musées. Mon blog devient alors le moyen de vous dévoiler un de mes « guilty pleasures » à l’anglaise. Partons donc à la découverte du cœur de l’Angleterre…

01 carte

Qu’est-ce que le Peak District ?
Aujourd’hui parc national (le premier), le Peak District est à l’origine une vaste région boisée s’étendant sur tout le centre de l’Angleterre. Elle s’étend sur une grande partie du Derbyshire mais aussi jusqu’au Hampshire et à Manchester dans le nord de l’Angleterre. Voici une carte de la région (crédits visitpeakdistrict.com). Elle est occupée depuis la période préhistorique. Le nom même de Peak District est issu du nom d’une tribu anglo-saxonne ayant vécu sur ces terres à partir du VIème siècle. La région devient cependant véritablement investie à partir des conquêtes normandes. Aujourd’hui, on y retrouve entre autre les résidences de deux des plus grandes et anciennes familles aristocratiques anglaises : les Cavendish, ducs de Devonshire, et les Manners, ducs de Rutland. Dans cette région, on y découvre aussi le deuxième grand centre thermal d’Angleterre à Buxton. Ce centre se développe à partir du XVIème siècle. Il sera surtout très en vogue au début du XIXème siècle, alors en pleine période romantique.

02
Un paysage des hauteurs du Peak District (crédits visitpeakdistrict.com)

Le poumon de l’Angleterre
En tant que parc national, le Peak District est bien évidemment une des destinations favorites des aficionados de randonnées pédestre ou cycliste. Cette activité est d’ailleurs largement mise en avant par l’office de tourisme de la région. Le site regorge de nombreuses routes plus ou moins aménagées à travers les espaces boisés et collines.  Pas moins de 10 sentiers pédestres sont aujourd’hui ouverts au public avec divers thèmes par chacun. En outre, on retrouve aussi des chemins pour les cyclistes mais aussi des voies routières afin de pouvoir rejoindre plus rapidement les différents monuments essaimés dans tout le parc.

L’un des lieux les plus remarquables, et aujourd’hui patrimoine mondial de l’Unesco, se nomme Derwent Valley Mills. Le Peak District compte aussi les plus anciennes mines de charbon du pays. Cette région était donc aussi très importante pour l’histoire économique de l’Angleterre. C’est ici que nait le filage mécanique de la soie et du coton, ce qui marquera le début de l’industrie britannique. Le Peak District est donc une des régions les plus importantes de l’Angleterre et les plus économiquement vitales d’Angleterre. Située en plein cœur de l’île, le parc national d’aujourd’hui était alors une des grandes routes commerciales qui liait Londres à Manchester notamment mais aussi l’Ecosse. Région hautement boisée, elle se distingue aussi par un paysage de plateaux et hautes collines à la végétation luxuriante qui inspirèrent bien des artistes.

03
Eglise Saint-Jean-Baptste, Tideswell (Derbyshire), XIVème siècle (crédits tideswellchurch.org)

Un patrimoine à ciel ouvert
La région regorge d’un patrimoine historique depuis la Préhistoire. Les monuments les plus marquants restent cependant les nombreux châteaux : Peveril Castle, d’époque normande (XI-XIIème siècle). Il est classé au patrimoine national (English Heritage). On retrouve aussi de nombreuses abbayes en ruines et autres monuments médiévaux dans la région comme une rare église Pré-Réforme encore debout : l’église de Saint-Jean-Baptiste à Tideswell (Derbyshire) et datée du XIVème siècle. De l’époque Tudor, on note la construction de l’Hardwick Hall, demeure de Bess de Hardwick, une des plus proches amies d’Elizabeth I. Cependant, c’est surtout au XVIIIème siècle que les châteaux se multiplient : Chatsworth House et Haddon Hall sont les deux plus remarquables demeures, encore habitées par leurs illustres familles, les Devonshire et les Rutland.
Outre les châteaux, on compte aussi de nombreux petits musées, plus ou moins spécialisés. Ces derniers sont très peu mis en valeur, à côté des grands musées urbains. Parmi les musées plus classiques, type Beaux-Arts, nous vous recommandons le Derby Museum and Art Gallery, qui présente une très belle collection pour un musée régional. Chaque ville moyenne possède un ou plusieurs musées

Chatsworth House
La demeure des ducs de Devonshire, immortalisée dans de trop nombreux films et notamment Orgueil et Préjugés (2005, avec Keira Knightley), est bien sûr l’une des attractions principales de la région. La vidéo ci-jointe vous donne un aperçu d’une des collections les plus riches d’Angleterre mais aussi la majesté de l’édifice dans le plus pur style palladien. A la richesse des collections de peintures et sculptures s’ajoute un des plus impressionnants réservoirs de mobilier français pré-Révolution, en vogue au moment de l’apogée de l’édifice sous l’égide de la plus célèbres duchesse de Devonshire, Georgiana Cavendish, dont un biopic est sorti en 2009 (toujours avec Keira Kinghtley). En réalité, les mots nous manquent face à cet édifice qui est considéré comme un des plus beaux châteaux d’Angleterre et même d’Europe.

04
Cavernes de Poole, Buxton (Derbyshire)

Un lieu de tourisme
Le parc, par ses nombreuses attractions et patrimoine, devient rapidement un des plus grands centres touristiques d’Angleterre, et ce dès le XIXème siècle. Il est notamment très apprécié pour son côté romantique et pittoresque. Pas étonnant alors qu’un auteur comme Jane Austen prit la région comme lieu de vacances pour sa plus célèbre des héroïnes, Elizabeth Bennet. A l’époque, le Peak District fait alors parti de ce qu’on appelle le « Tour ». Les classes sociales assez aisées d’Angleterre se plaisaient alors pendant les mois d’été à visiter les coins les plus pittoresques de l’île. Les artistes aussi participaient à ces « tours » en recherche de nouveaux sujets. Le paysage est alors le genre à la mode avec le portrait. Aujourd’hui, la région attire un public très varié. Vous pouvez retrouver toutes les informations touristiques sur leurs divers sites internet mais aussi au sein de leur office de tourisme à Aldern House (Bakewell, Derbyshire).

05
Fort de Peveril, 1176 (crédits English Heritage)

Un lieu d’inspiration
Outre Jane Austen, de nombreux auteurs surtout, mais aussi artistes, furent inspirés par le côté sauvage et naturel de la région. On ne compte plus le nombre d’écrivains qui s’inspirèrent de cette région. Sir Walter Scott y installa son décor pour Péveril du Pic, publié en anglais en 1823. Nous sommes alors toujours dans la mouvance romantique. William Wordsworth aussi, mais aussi Charlotte Brontë, George Eliot ou encore plus tard Beatrix Potter y installèrent leurs personnages le temps d’une ou plusieurs histoires. Enfin, c’est aussi dans cette région qu’Arthur Conan Doyle plaça ses personnages de « The Terror of Blue John Gap », une nouvelle publiée en 1910 dans la revue du Strand Magazine.

En ce qui concerne le cinéma, le Peak District n’est pas non plus en reste et héberge régulièrement les plateaux de cinéma et télévision. En 2005, la région est prise d’assaut pour le tournage de l’adaptation du chef d’œuvre de Jane Austen. Le village de Longnor, très employé pour les tournages, donne son image pour Lambton, village d’enfance de la tante d’Elizabeth Bennet dans le roman. Des châteaux sont aussi utilisés : Lyme Park et bien sûr Chastworth House.  Outre l’imposante architecture de l’édifice, nous avons aussi l’occasion d’y découvrir quelques vues d’une des plus grandes collections d’art en Angleterre. Il s’agit bien sûr d’un exemple mémorable pour ses paysages mais les références sont bien trop nombreuses pour être toutes citées.

J’espère qu’après ce petit panorama non exhaustif du Peak District, vous serez, comme moi, tout aussi fascinés par cette région aux mille facettes. Musées, randonnée, patrimoine industriel, histoire millénaire, il y en a pour tous les goûts. Nous vous donnons rendez-vous l’année prochaine pour découvrir une nouvelle région. Nous, nous préparons déjà nos valises…

 

Bibliographie :
www.peakdistrict.gov.uk
www.visitpeakdistrict.com
www.english-heritage.org.uk

Publicités