Magna Carta : les 800 ans

Le 30 novembre prochain, un MOOC (Massive Open Online Course) est organisée par le British Council. Sur trois semaines, ce cours en ligne se propose d’améliorer votre niveau d’anglais à travers ce document fondateur de la loi britannique. Cela confirme bien le rôle encore capital de cette charte médiévale, alors révolutionnaire. Alors qu’aujourd’hui, la démocratie est menacée partout dans le monde, l’Angleterre s’est posée la question toute l’année sur l’histoire de la Grande Charte et son rôle au XXIème siècle. Un petit compte-rendu donc sur tout ce qui a pu être entendu cette année.

01
Jean sans terre présentant une église, Matthew Paris, Historia Anglorum, v. 1250-1259, British Library (MC 14 C.VII, f.9)

Vers la Magna Carta : les origines
En juin dernier, la Grande Bretagne, mais aussi les Etats-Unis et la plupart des pays anglophones célébraient les 800 ans de « La Grande Charte ». Encore aujourd’hui, elle reste un des documents fondateurs de la vie politique en Angleterre et ailleurs. La constitution même des Etats-Unis est basée sur cette Grande Charte et les idées qu’elle diffuse. Il ne reste aujourd’hui que de très rares exemples de cette Magna Carta. Pourquoi fut-elle rédigée ? Quels sont les événements historiques qui amenèrent le roi Jean sans-terre à signer ce document ? Quelques éléments de réponse :
Il faut remonter quelques années auparavant afin de comprendre l’établissement de cette charte. En 1199, à la mort de Richard Cœur de Lion, son frère, Jean Ier, surnommé « sans terre » par son père, monte sur le trône d’Angleterre. Dès lors, il impose des taxes importantes et une justice violente. Il entretient en outre une mauvaise relation avec ses barons. A cette époque, il faut comprendre que le roi n’a qu’une partie du pouvoir ; il est le plus noble parmi les nobles et ne peut diriger sans leur soutien. C’est ainsi que le roi obtient le surnom de « Bad King John », le mauvais roi Jean. Ce roi Jean a de très grandes ambitions comme notamment récupérer les terres perdues en France. Il envoie une armée qui se fait écraser à Bouvines le 27 juillet 1214 par Philippe-Auguste, premier véritable « roi de France » (r.1180-1223).
Le mécontentement s’accroit chez les Barons qui souhaitent remettre en place « la Charte des Libertés » mise en place par Henry Ier Beauclerc (r.1100-1135), fils cadet de Guillaume le Conquérant. Jean sans terre refuse. La rébellion est en marche. Les barons, menés notamment par Robert Fitzwalter prennent Londres. Le roi s’enfuit, protégé par les Croisés de l’Ordre du Temple. La guerre civile est sur le point d’éclater.

02
La Magna Carta, une des quatre copies originelles, 1215, British Library (Cotton MS Augustus ii.106)

Qu’est-ce que la Magna Carta ?
En été 1215, afin d’éviter un bain de sang, l’heure est au négotiations. Le roi Jean n’a alors pas d’autre choix que de signer une Charte. Ils se réunissent à Runymède dès le 10 juin 1215. Les barons exposent leurs demandes qui sont consignées dans un document : la Grande Charte. Elle est signée par le roi en apposant son sceau cinq jours plus tard. La Magna Carta est donc un ensemble d’articles dictés par les Barons qui devient un texte légiféré en latin. Il est copié en 13 exemplaires. Aujourd’hui, nous n’en conservons que quatre originaux.
L’imposition de la Grande Charte est cependant très difficile. Rapidement, le roi Jean tente de la faire annuler avec l’aide du pape Innocent III. Ce dernier publie une bulle papale annulant la Grande Charte. La guerre civile recommence. Le roi Jean meurt le 9 octobre 1215. Son fils de 9 ans lui succède. La régence est menée par le duc de Pembroke. La Magna Carta est définitivement adoptée. La paix revient dans le royaume.
On compte 63 articles dans la Magna Carta. Ils rassemblent diverses lois sur les libertés mais aussi sur l’héritage, le mariage ou encore la propriété. La Magna Carta est réécrite en 1225 par Henry III désormais adulte. Cette Charte soumets désormais le roi à la Loi. Ce détail se révélera ‘importance capitale dans la suite de l’histoire britannique et causera même la mort d’un souverain.

(c) The National Trust for Scotland, Fyvie Castle; Supplied by The Public Catalogue Foundation
Le jugement de Charles Ier, John Burnet (1784-1868), huile sur bois, 78,5x108cm, Fyvie Castle (National Trust for Scotland)

La Magna Carta au XVIIème siècle
Déjà, dès le début du XVIème siècle, Henry VIII et ses frasques privées et religieuses avaient failli faire ressortir cette loi médiévale. Mais ce n’est que sous le règne de Charles Ier que la Magna Carta va retrouver son importance. Ce dernier monte sur le trône d’Angleterre en 1625. Suivant un mouvement monarchique qui émerge depuis le XVIème siècle, Charles Ier souhaite imposer une monarchie absolue. Dans un royaume où le Parlement à un rôle fort, l’idée passe mal. Rapidement, les conflits émergent, surtout en ce qui concerne la religion. Dès 1628, la Magna Carta est ressortie par les parlementaires. Ils souhaitent faire passer une Pétition dite « des Droits ». Charles refuse. En 1642, la guerre civile éclate. Charles Ier est défait, il est jugé en 1649 puis exécuté pour crimes contre le peuple devant son chef d’œuvre architectural, la Banqueting House.

04
Déclaration de l’Indépendance américaine originelle, 4 juillet 1776, National Archives (Washington D.C.)

Plus d’un siècle plus tard, la Magna Carta est ressortie au moment de l’Indépendance américaine. Il s’agit d’un des premiers documents légaux amenés aux Etats-Unis lors de la colonisation. La Charte de la Virginie, première colonie anglaise, écrite par Edward Cook, reprend d’ailleurs les droits de la Magna Carta. Tout au long de la 2ème moitié du XVIIIème siècle, la Magna Carta va être ressortie à chaque fois qu’une taxe demandée par la Grande Bretagne sera demandée comme celle sur le papier en 1755. Cette volonté de liberté et d’indépendance sera largement inspirée par ce document, jusqu’à écrire leur propre Magna Carta : la Déclaration d’Indépendance. Aujourd’hui, encore 17 Etats considèrent la Magna Carta comme un de leurs textes législatifs. Aux Etats-Unis, elle se matérialise par la séparation des pouvoirs : la loi n’est pas faite par le président mais par le juge de la Cour Suprême.

05
Attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center, Crédits REUTERS/Sarah K. Schwittek via Paris Match

La Magna Carta aujourd’hui
Tout au long de la première moitié de cette année 2015, alors que le Royaume-Uni était en pleine période électorale, la BBC a proposé un programme sur plusieurs semaines sur l’importance de la démocratie et de la Grande Charte aujourd’hui. Baptisé « Taking Liberties. The Democracy Season », ce programme a cherché à rappeler les fondamentaux de la Magna Carte et en quoi ce texte est aujourd’hui plus que jamais essentiel pour la préservation des libertés fondamentales. Tout au long des XXème et XXIème siècles, de nombreux exemples ont montré le poids que cette charte à encore aujourd’hui. En 1974, le président américain Nixon a démissionné à cause du Watergate, une des affaires les plus scandaleuses de la Présidence américaine. En 2001, l’ouverture de Guantanamo à la suite des attentats du 11 septembre est anti-constitutionnel selon la Magna-Carta. Cependant, on laisse le centre ouvert puisque ce centre est pour les terroristes qui n’ont pas le droit à la même justice. Enfin, au Royaume-Uni, un plan sécuritaire est mis en place à cause du terrorisme. Les libertés personnelles sont bridées

 

(c) Palace of Westminster; Supplied by The Public Catalogue Foundation
Le roi Jean acceptant la Magna Carta en 1215, Charles Sims, 1925-1927, huile sur toile, 245x442cm, Westminster Palace (collections parlementaires britanniques)

Bien sûr, notre blog s’occupe d’histoire de l’art et de culture britannique. Alors pourquoi alors parler d’un texte législatif médiéval ?  L’incidence sur l’art britannique est bien évidemment invisible, mais l’impact de ce texte sur les peuples et sur l’histoire est fondamental. Sans la Magna Carta, le Royaume Uni et les Etats-Unis ne seraient pas les mêmes. En vérité, l’histoire européenne ne serait pas la même. La Magna Carta, considérée comme le premier texte démocratique européen, a inspiré tous les esprits européens jusqu’à aujourd’hui, en passant par la Révolution anglais bien sûr, mais aussi la Révolution française ou encore l’unité italienne. Pas mal pour une charte écrite par des barons il y a 800 ans…

 

Bibliographie :
BBC, Taking Liberties. The Democracy season, publié le 7 janvier 2015 : http://www.bbc.co.uk/mediacentre/mediapacks/magnacarta
BRAGG Melvin, Magna Carta, programme en plusieurs épisodes sur BBC Radio Four : http://www.bbc.co.uk/programmes/b04y6wdt
British Council, Exploring English : Magna Carta, FutureLearn, dès le 30 novembre : https://www.futurelearn.com/courses/explore-english-magna-carta?utm_source=FL_DB&utm_medium=crm&utm_campaign=06_10_2015_FL_newsletter&utm_content=text
British Library, Magna Carta, hub avec articles et vidéos : http://www.bl.uk/magna-carta
JONES Dan, How a Peace Treaty from 1215 Forge the Freedoms of 2015?, BBC iWonder : http://www.bbc.co.uk/guides/zpnvb9q
STARKEY David, David Starkey’s Magna Carta, Oxford Film and Television, programme diffusé du BBC Two le 26 janvier 2015 : http://www.bbc.co.uk/mediacentre/mediapacks/magnacarta/bbctwo#heading-david-starkeys-magna-carta
Déclaration d’indépendance des Etats Unis, Wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/United_States_Declaration_of_Independence

 

Publicités