Newsletter #1

Chaque semaine, une archive du blog, une oeuvre, et une lecture en ligne, et plus si affinités…

Semaine du 04 au 10 septembre 2016

L’archive de la semaine : 1666 : Londres S’embrase
Il y a 400 ans avait lieu le Grand Incendie de Londres. Du 2 au 6 septembre 1666, Londres s’embrasa. A cette occasion, nous avions, l’année dernière, publié un billet sur cet événement qui alors qu’à l’époque, on pensait signe de la fin de l’Angleterre protestante, marqua le début de  l’apogée de l’empire britannique, symbolisée par la modernité de Londres, entièrement reconstruite sous la direction de Sir Christopher Wren entre autre.
À cette occasion, un billet a été publié sur le blog des Special Collections de la bibliothèque de l’Université de Cambridge. Apprenez-en plus notamment sur Samuel Pepys, le chroniqueur du Grand Incendie, dont la bibliothèque et les journaux y sont conservés.
Un autre article, tiré cette-fois ci du journal Apollo vous en dira plus sur les églises construites par Sir Christopher Wren, et surtout sur leur avenir en péril.
Enfin, la ville de Londres a mis en place une série d’événements pour le  » Great Fire 350  » dont une reconstitution du Grand feu de Londres à admirer dès 8:30 GMT ce soir  (9:30 à Paris). L’événement sera retransmis en live sur internet. Vous pouvez d’ors et déjà découvrir le trailer.

 

L’oeuvre de la semaine  : Le carnet de croquis de Joseph Wright of Derby, British Museum
Né aujourd’hui en 1734, Joseph Wright of Derby est un des artistes majeurs de la deuxième moitié du XVIIIe siècle anglais. Atypique, il fait partie de ces peintres inclassables, passant du paysage au grand genre de la peinture historique en passant par le portrait ou encore la scène de genre. Son style est tout aussi intriguant : des paysages d’influence flamande mais empruntant aussi au paysage classique italianisant, des scènes de genre inspirées par Georges de la Tour, et des portraits dans le style qui fera la fortune des portraitistes britanniques.
Daté de février 1774, ce carnet de croquis présente 46 pages où sont dessinés pêle-mêle des paysages, des scènes familiales et des modèles, synthétisant toutes les facettes de l’art de ce peintre original. Les dessins sont réalisés au graphite ou à la plume et encre brune. Les dessins sont intégralement
Le carnet de croquis est un élément indispensable de l’artiste, qu’il soit peintre, sculpteur, architecte, décorateur, orfèvre, etc. Ainsi, suivant certains artistes, de nombreux musées conservent des croquis voire des carnets d’artistes. Ces derniers nous renseignent sur la pratique artistique et sur les habitudes de leurs porpriétaires. Dans ce carnet, on note qu’il y a beaucoup d’éléments croqués sur le vif. Wright of Derby devait donc souvent l’avoir sur lui avec un petit nécessaire comme une mine graphite. Les dessins réalisés à la plume sont plus aboutis et supposent un travail plus abouti et une séance plus longue, peut être à son atelier ou assis au beau milieu de la campagne anglaise pour ce qui est de ses paysages.
Le carnet a été numérisé en intégralité sur le site du British Museum

 

AN00806996_001_l
Carnet de notes de Joseph Wright of Derby, Février 1774, British Museum, f. 42v et 43r © British Museum
La lecture de la semaine : Le Technical Journal de la National Gallery, spécial Joshua Reynolds
Publié en juin 2016, ce journal, dédié aux spécialistes de l’histoire de l’art et de la muséologie, est consacré à l’un des plus grands peintres anglais de tous les temps. Sir Joshua Reynolds fit sa fortune en peignant de nombreux portraits. Toute la cour hanovrienne se pressa à son atelier pour se faire représenter par le grand Reynolds. Il est aussi l’un des acteurs majeurs de la fondation de la Royal Academy à Londres. Les collections plus importantes sont aujourd’hui conservées à la National Gallery et à la Wallace Collection. Découvrez donc ces chefs d’oeuvre et apprenez-en plus sur la pratique artistique de Reynolds.
La revue et téléchargeable en intégralité sur le site de la National Gallery.

 

Reynolds-Hoare-Child-Wallace
Sir Joshua Reynolds, Susanna Hoare et sa fille, huile sur toile, 133x107cm, Londres, Wallace Collection
Publicités