Les événements de la rentrée

Quoi de mieux pour le retour d’Un Art Anglais ? que le récap’ de tout ce qui vous attend comme événements. D’habitude nous n’incluions que les expositions. Nouveauté oblige, j’ajoute cette année une sélection d’événements à venir : journées d’études, colloques, films, etc. Petit tour d’horizon donc…

Les grands anniversaires annuels

Les 400 ans de la mort de William Shakespeare

Nous en avions déjà parlé avant la pause du blog, cette année, Angleterre rime avec Shakespeare. Entre réadaptations anniversaires, soirées spéciales retransmises en télévision et expositions en tout genre, Shakespeare est à la mode. Profitez-en donc pour vous replonger dans les pièces du plus célèbre dramaturge anglais, que ce soit en livre ou en adaptation télévisée / cinématographique, ou allez visiter Stratford-upon-Avon. Entre temps, la British Library et le théâtre du Globe  se sont associés avec le King’s College, prestigieuse université londonienne, pour vous offrir un MOOC en ligne sur la plateforme FutureLearn.

Tous les événements liés à Shakespeare sont aussi disponibles sur le site anniversaire Shakespeare 400.

Les 300 ans de Capability Brown

En 2016, le paysage est aussi à l’honneur avec le 300e anniversaire de la naissance de Sir Lancelot Capability Brown, probablement le premier architecte-paysagiste anglais. C’est à lui que l’on doit, entre autre, le jardin à l’anglaise. A cette occasion, toutes les grandes institutions de protection du patrimoine se sont associées afin de faire vivre cet événement dans toutes les résidences où Brown est passé : National Trust, English Heritage, etc. Sur le site dédié, vous trouverez tous les événements à venir mais aussi des goodies et recettes pour organiser votre propre « Capabili-tea ». So british !
Bien sûr, un article est en préparation pour cet anniversaire.

Les 350 ans du Grand Incendie de Londres

Hier avait lieu le grand événement de cette année à Londres, la reconstitution du Grand Incendie par la ville de Londres. Aussi depuis ce mois-ci, de nombreuses expositions auront lieu à Londres en lien avec l’histoire et la vie des Londoniens en 1666. Dans notre top 3,
Toutes les événements sont disponibles sur le site mis en place par l’office du tourisme de Londres, Great Fire 350.

Les 40 ans du punk

Last but not least, le punk célèbre cette année ses 40 ans avec de nombreux événements à Londres entre autre. Né en 1976, le mouvement est lié avant tout avec une esthétique et une musique particulière : les Sex Pistols ou encore The Clash en sont les représentants les plus connus. Du côté artistique, il faut nommé Jamie Reid, à l’origine de l’esthétique des Sex Pistols, signant la plupart de leurs pochettes.
A l’origine mouvement contestataire, il se peut qu’aujourd’hui, il soit désormais entré dans une ère classique avec déjà deux expositions à son honneur, une à Londres à la British Library qui se termine le 19 septembre, et une exposition photo à Brighton, qui ouvrira le 22 novembre prochain.

À Paris

Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne (Paris), Paris Early Modern Seminar, saison 2016-2017

Un nouveau séminaire mensuel a été créé par Line Cottegnies  de l’université Paris 3 en juin 2016. Chaque mois, un chercheur invité parlera d’une thématique particulière sur l’Angleterre des XVI et XVIIe siècles. Le programme est déjà disponible en ligne. Les séminaires auront lieu le vendredi soir à la Bibliothèque interuniversitaire de Paris.

Petit Palais (Paris), Oscar Wilde, l’impertinent absolu, du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017

Cette exposition est une des plus attendues de la rentrée avec comme sujet, l’auteur du célèbre Portrait de Dorian Gray. Irlandais, Oscar Wilde (1854-1900) fut l’un des romanciers anglais les plus sulfureux de son temps et connu surtout pour son homosexualité et son affaire avec Lord Alfred Douglas, fils du marquis de Queensbury. Cette exposition rassemble à la fois des objets et autographes ayant appartenu à l’auteur, accompagné des œuvres d’artistes de son temps : les Préraphaélites, Aubrey Beardlsey, etc.
De nombreux événements sont à prévoir autour de cette exposition dont une journée d’étude qui se tiendra le 13 septembre, toujours au Petit Palais

À Londres

The Queen’s Gallery, Scottish Artists 1750-1900, jusqu’au 2 octobre 2016

Après avoir été présentée à Hollyrood House, l’exposition fait étape à Londres où elle présente 150 ans de chefs d’oeuvre et d’histoire de l’art écossaise. Ramsay, Wilkie, Giles, ils sont tous au rendez-vous ! L’occasion aussi d’admirer une part de la plus belle et plus riche collection privée de Grande Bretagne.

The Guildhall Art Gallery, Victorians Decoded : Art and Telegraphy, du 20 septembre au 22 janvier 2017

On ne compte plus désormais les expositions dédiées à l’art victorien Outre-Manche. Celle-ci est un peu plus particulière car elle cherche à expliquer le lien entre art et télégraphe.Cette invention révolutionnaire, ancêtre du téléphone, qui permit à des personnes de communiquer même à très longue distance, inspira fortement toute une génération d’artistes, que ce soit d’un point de vue purement formel ou symbolique.

Victoria & Albert Museum, Opus Anglicanum: Masterpieces of English Medieval Embroidery, du 1er octobre 2016 au 5 février 2017

C’est l’exposition blockbuster de cet automne à Londres, et elle traite d’une des productions médiévales les plus exceptionnelles de nos voisins outre-Manche : l »opus anglicanum », une forme de broderie très luxueuse avec des fils d’or et de soir. Pour en savoir plus avant de partir à Londres, lisez notre article à ce sujet.

Tate Britain, Paul Nash, du 26 octobre au 5 mars 2017

Paul Nash (1889-1946)  est un des artistes du surréalisme anglais. La Tate Britain vous propose cette automne de découvrir son oeuvre et notamment sa relecture du paysage anglais entre autre. Un moyen aussi de remettre en lumière l’un des artistes les plus importants de l’art moderne britannique.

National Portrait Gallery, Emma Hamilton: Seduction & Celebrity, du 3 novembre 2016 au 17 avril 2017

Surtout connue pour avoir été la maîtresse de Lord Nelson, Emma Hamilton est l’une des femmes les plus influentes de son temps. Portraiturée par les plus grands dont Elisabeth Vigée-Lebrun, la National Portrait Gallery en profite pour analyser son statut et plus généralement celui de la femme et de la célébrité au début du XIXe siècle.

Et pour en savoir plus sur les expositions à Londres, visitez le site de Time Out London.

Thornton-chasuble-VandA
Chasuble dit « de Thornton », 1510 – 1533, V&A (inv. n°697-1902) © Victoria and Albert Museum, London

En Grande Bretagne

Bath, The Holburne Museum, Stubbs and the Wild, jusqu’au 2 octobre 2016

A Bath, découvrez l’oeuvre de George Stubbs artiste anglais réputé pour ses toiles de chevaux. Ce derier a cependant aussi peint un certain nombre d’animaux sauvages. Retour donc sur cette partie insoupçonnée de la carrière du plus grand peintre animalier anglais.

Bristol, Bristol Museum and Art Galleries, Warrior Treasures : Saxon Gold from the Staffordshire Hoard, du 22 octobre 2016 au 23 avril 2017

Cette année, en lien avec la découverte d’un trésor baptisé « Staffordshire Hoard » en 2009, deux expositions auront lieu à Bristol en lien avec les Anglo-Saxons et l’archéologie. la première, Warrior Tresaure, analysera cette importante découverte et les éléments qu’elle apporte à la connaissance des « Dark Ages ».

Une deuxième exposition est aussi disponible au musée, « Stone Age to Iron Age », est un accrochage qui revient sur le passé préhistorique de Bristol, à découvrir du 17 septembre 2016 au 25 juin 2017.

Cambridge, The Fitzwilliam Museum, An Amateur’s Passion: Lord Fitzwilliam’s Prints, jusqu’au 29 janvier 2017

Lord Fitzwilliam est le fondateur de ce musée. Parmi ses collections se trouve une considérable collection de 40.000 estampes. Les plus beauc chefs d’oeuvre de cette collection sont actuellement présentés dans cette exposition. La question du goût de l’amateur du XVIIIe siècle est aussi abordée.

Une autre exposition importante au Fitzwilliam Museum est l’accrochage narrant l’histoire et les chefs d’oeuvres du musée alors que ce dernier fête le 200e anniversaire de son ouverture. L’exposition sera aussi l’occasion de témoigner de son évolution au cours de ces deux derniers siècles, de son parcours actuel et de ses projets à venir.

Édimbourg, National Scottish Galleries, Scots in Italy, jusqu’au 3 mars 2019

Parmi les expositions temporaires de longue durée, il faudra compter cette année jusqu’en 2019 sur la National Gallery écossaise avec un accorchage sur la formation des artistes écossais en Italie. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, l’Italie était le centre d’art du monde où tous les artistes européens venaient parfaire leurs connaissances. C’est le cas de nombreux écossais, notamment au XVIIIe siècle, comme Allan Ramsay  ou encore Gavin Hamilton. Cet accrochage alterne entre toiles italiennes, oeuvres nationales et peintures de leurs connaissances.

Glasgow, Kelvingrove Art Gallery and Museum, Castles, Battles and Bridges: John Clerck of Eldin’s Scotland, jusqu’au 30 décembre 2016

Cet accrochage permet de découvrir un artiste écossais méconnu du XVIIIe siècle : John Clerck of Eldin. Artist et éditeur écossais, il est surtout connu pour ses gravures de paysages et préoccupations écossaises à un moment où la guerre entre le pouvoir britannique et les Ecossais  est terminée. Une manière d’en apprendre plus sur l’histoire écossaise et de comprendre les nombreuses transformations que la région subit à cette époque.

Leicester, New Walk Museum and Art Gallery, Leicester Society of Artists Annual Exhibition 2016, du 30 septembre au 29 octobre 2016

La plupart des villes d’Angleterre ont une société d’artistes et exposent annuellement leurs oeuvres. Ainsi, si vous passez par Leeds, profitez-en pour découvrir la création britannique contemporaine.

  • Le site de l’exposition
Liverpool, Walker Art Gallery, John Moores Painting Prize 2016, jusqu’au 27 novembre 2016

Toujours en lien avec la création contemporaine, vous pouvez aller faire un tour au célèbre musée de Liverpool pour découvrir les oeuvres en compétition pour le célèbre prix John Moores, ouverte à tout artiste résidant au Royaume-Uni.

Anne-Forbes-Allan-NGScotland
David Allan, Anne Forbes, artiste, huile sur toile, 38x32cm, National Galleries of Scotland
Manchester, Manchester Art Gallery, The Edwardians, jusqu’au 31 décembre 2017

Période méconnue après les fastes de l’art victorien, la Manchester Art Gallery propose un accrochage mettant en valeur ses oeuvres réalisées entre 1901 et 1910. Une décennie entre continuité de l’art victorien et rupture moderne. L’exposition se veut une complément des deux autres grandes expositions sur la mode du XXe siècle qui se tiendront jusqu’à la fin 2016 dans le musée : Fashion and Freedom et Vogue 100.

Newcastle and Tyne, Laing Art Gallery, Wanderlust: the World in Watercolour, jusqu’au 8 juillet 2017

Cet accrochage propose une sélection des aquarelles collectionnées par Laing, le fondateur de la galerie. Parmi les artistes phares : Constable, Turner, John Singer Sargent et bien d’autres. Un voyage à travers 300 ans de pratique de l’aquarelle, une des techniques artistiques le splus appréciées en Angleterre.

Newcastle and Tyne, South Shields Art Gallery & Museum , J M W Turner. Shields, on the river Tyne, du 8 septembre au 10 décembre 2010

Chaque année, une à deux expositions sont consacrées à la coqueluche des artistes britanniques. Cette année, cette exposition aura lieu à Newcastle avec cette petite exposition thématique autour de Turner et les paysages qu’il réalisa dans la région, autour de la rivière de la Tyne. L’exposition présente entre autre un certain nombre d’oeuvres prêtées par la Tate Britain, musée conservant le legs Turner.

Northampton, Northampton Museum and Art Gallery, Scream and Scream Again: The Golden Age of British Horror, du 10 septembre au 6 novembre 2016

En partant du gothique noir jusqu’aux années 1970, retour sur l’un des genre dans lequel le cinéma britannique excella : le film d’horreur.

Oxford, Bodleian Libraries, Treasure 24 Pairs, jusqu’au 19 février 2017, et Staging the History, du 14 octobre 2016 au 8 janvier 2017

Deux expositions sont à voir à Oxford. La première est assez classique et vous permet d’admirer quelques uns des plus beaux trésors dont les illustrations du Hobbit par Tolkien, la première édition de Frankenstein, etc., le tout présenté par paire, laissant au spectateur le plaisir de chercher les liens et dialogues possibles entre les deux oeuvres présentées.
Plus conventionnelle, Staging the History revient sur le théâtre et l’histoire sous la Régence. Une fois encore, Shakespeare sera à l’honneur, mais pas que. L’accent est aussi placé sur l’influence des événements historiques sur le théâtre et l’opéra de cette époque allant de 1780 à 1840 environ.

Salisbury, The Salisbury Museum, Constable in Context: Salisbury Cathedral from the Meadows in perspective, du 17 septembre 2016 au 25 mars 2017

En 2013, la sublime peinture de Constable de la cathédrale de Salibury fut sauvée et intégrée aux collections nationales. L’oeuvre a fait notamment l’objet d’un partenariat entre plusieurs musées : la Tate Britain, le National Museum of Wales, le Salisbury Museum, les National Scottish Galleries et le groupement des musées de Colchester et Ipswich. Ainsi, l’oeuvre fait l’objet d’un roulement entre ces cinq musées. Elle sera dès le mois de septembre à Salisbury

Staging-History-Identity_190x267
Affiche de l’exposition Staging History © Bodleian Libraries, Oxford

Dans le reste du monde

Etats-Unis, New Haven, Yale Center for British Art, Britain in the World, jusqu’au 31 décembre 2016 ; et Spreading Canvas: Eighteenth Century British Marine Painting, du 15 septembre au 4 décembre 2016

Cette exposition est la troisième étape du projet du Yale Center pour la création d’un centre de conservation et le réaccrochage des collections. Dans cette exposition seront présentées les oeuvres en lien avec le monde. Outre la grande puissance maritime et impériale que fut la Grande Bretagne, l’exposition s’attardera avant tout sur les échanges depuis le XVIe siècle jusqu’à aujourd’hui.

En association avec le National Maritime Museum de Greenwich, la deuxième exposition retrace l’engouement pour les marines, un des sujets les plus traités par les artistes britanniques du XVIIIe siècle notamment. On y découvrira entre autre les influences flamandes de ce genre, mais aussi sa diffusion à travers des estampes, et sa portée : la diffusion de l’idée de l’empire britannique.

Etats-Unis, New-York, Jewish Museum, John Signer Sargeant’s Mrs Carl Meyer and her Children, du 16 septembre 2016 au 5 février 2017

Célébré l’année dernière à l’occasion d’une grande exposition à la National Portrait Gallery et au Metropolitan Museum of Art, John Singer Sargent (1856-1925), le portraitiste américain le plus célèbre de la deuxième moitié du XIXe siècle, revient cette année à New-York sous forme d’exposition thématique autour d’un tableau, le portrait Mme Carl Meyer et ses enfants. Peinte en 1896, cette toile est l’un des plus grands chefs d’oeuvre de l’artiste représentant Adèle Meyer, une des femmes les plus influentes de la société juive londonienne. Retour sur l’élaboration et la commande de cette oeuvre, aujourd’hui conservée à la Tate et prêtée pour l’occasion au musée new-yorkais.

Vous connaissez d’autres expositions en lien avec l’art britannique ou américain post-colonial, n’hésitez pas à nous contacter sur unartanglais[at]gmail.com pour nous en faire part !

Sargent-Carl-Meyer-Children
John Singer Sargent, Mrs Carl Meyer et ses enfants, 1896, huile sur toile, tate
Publicités