Les Tudors, une histoire d’art et de pouvoir

Aujourd’hui, que retient-on de la dynastie des Tudors ? Principalement deux rois: Henry VIII et Elisabeth Ière, mais aussi plusieurs événements comme la séparation de l’Eglise d’Angleterre, les six mariages d’Henry VIII, ou encore la victoire d’Elizabeth sur l’Armada espagnole. Pourtant peu d’artistes ou de productions ont fait l’objet d’une étude internationale. Un peu comme si l’Angleterre était restée coupée du monde au XVIème siècle. Pourtant, les sources historiques nous indiquent bien qu’au XVIème siècle, l’Angleterre tient un rôle important en Europe, que ce soit d’un point de vue politique et économique. Remontons donc le temps, à la découverte des rois Tudors.

image

Henri VII, le père

image

Souvent oublié, on aurait pourtant tort de réaliser un sujet sur les Tudors sans le mentionner. Héritier au trône d’Angleterre par la lignée de Lancastre, il se retrouve séparé de sa mère, Margaret Beaufort, puis exilé lorsqu’Edouard IV monte sur le trône. Peu populaire, il ne connait ni son pays, ni Londres lorsque ce dernier sort vainqueur de la Bataille de Bosworth Fields en 1485 contre Richard III, devenant de facto roi. Pendant les 24 ans de son règne, l’Angleterre a enfin pu gouter à la paix. Le pays fut reconstruit, les lois renforcées, le nouveau régime légitimé. C’est à lui que l’on doit le symbole de la double rose, issu de son mariage avec Elisabeth d’York, fille d’Edouard IV. On lui doit aussi la réfection de certaines grandes résidences royales comme Greenwich. Enfin et surtout on lui doit un trésor tellement plein qu’il permettra à son fils de mettre envplace une des cours les plus fastueuses d’Europe et un age d’or culturel qui sera perpetué sous Elizabeth Iere. En clair, sans Henry VII, il n’y aurait tout simplement pas eu de Tudors.

Henri VIII, le fils prodige

image

Deuxième fils d’Henri VII, il n’était pas destiné à régner jusqu’à la mort tragique de son frère ainé Arthur en 1502. Eduqué pour rentrer dans les ordres ecclesiastiques, on comprend mieux pourquoi les questions religieuses l’ont torturé pendant tout son règne. Roi phare d’Angleterre, il profita largement des richesses accumulées par son père. A la fois doux et colérique, il s’était aussi fait connaitre par sa versatilité, un trait qu’il partagera avec un de ses enfants. D’un point de vue artistique, on lui doit beaucoup : de nombreux monuments, l’arrivée de la Renaissance artistique européenne mais aussi le développement d’une cour assidue autour de sa personne. Tout venait et partait de lui ainsi que d’un cercle très restreint de familiers dont Charles Brandon, duc de Suffolk, ses ministres, Cardinal Wolsey et Thomas Cromwell entre autre, ainsi que la famille de ses six épouses successives et notamment les Boleyn et les Seymour.

image

D’un point de vue de faits, on ne peut malheureusement pas dire grand chose. Henry VIII aurait voulu une importante carrière militaire couverte de gloire, il n’aura que deux victoires: à la suite de la bataille des Spurs au tout début de son règne, puis à Boulogne sur mer qu’il faut bien teinter puisqu’elle sera rendu quelques années plus tard. Non, le gros dossier fut en aucun doute celui de la religion. En 1529, ébloui par Anne Boleyn, il souhaite divorcer de sa première femme, Catherine d’Aragon. L’absence d’héritier mâle et les fausses couches à répétition épuisèrent aussi la patience d’Henry VIII qui y voit alors un signe que son mariage est illégal puisque celle-ci avait épousé son frère auparavant. Cette querelle privée devint rapidement publique et sous l’influence de quelques « réformés » et protestants  la Réforme de l’Eglise d’Angleterre est en marche. Celle-ci marquera à tout jamais  son règne et l’Angleterre.

image

Enfin, et non des moindres, la vie affective du roi fut au centre des discussions sur son règne: Catherine d’Aragon, morte en d’un cancer et très probablement aussi de chagrin ; Anne Boleyn, exécutée ; Jane Seymour, morte en couche ; Anne de Clèves, répudiée ; Catherine Howard, exécutée et finalement Catherine Parr, la dernière et la seule qui lui ait survécu pour mourir quelques années plus tard. Le nombre d’épouses – impressionant à cette époque il faut l’avouer – et surtout leur destin tragique lui valurent le surnom de Barbe Bleu. Je ne pense pas qu’il fait aller à cette extrémité, mais il faut bien avouer que le désir d’un héritier mâle et de contrôle sur son royaume conduiront à un épuisement des richesses et de nombreuses exécutions et répressions. Un âge d’or artistique certes, mais un bilan en demi-teinte d’un point de vue du pays.

Edouard VI, l’héritier

image

Tant attendu par son père, le jeune prince recevra tous les soins de son père et une éducation digne d’un prince de la Renaissance. Cependant, enfermé pour sa sécurité et pour sa santé dans son château du pays de Galles, il vit mal son installation à Londres, ville la plus grande d’Europe avec Paris où pullulent donc air fétide et épidémies. Il meurt trois ans plus tard. D’un point de vue politique, guidé par ses oncles Seymour, il perpétue la politique de son père, donnant des cadres à la Réforme religieuse, et surtout tentant de régler la question économique. D’un point de vue artistique, son court règne donna lieu à une importante production de portrait sde lui-même, et c’est tout. L’héritier tant attendu sera finalement une femme et non un homme.

Marie Ière, la Sanglante

image

Aussi appelée « Bloody Mary », Marie Ière eut une politique différente de la sienne. Fervente catholique comme sa mère Catherine d’Aragon, elle tenta de ramener l’Angleterre dans le droit chemin. Mais le mal était déjà installé. S’ensuit une guerre civile de religion, voisin catholique contre voisin réformé, exécutions au bucher, tortures, etc. Le bilan humain n’est pas aussi important qu’on le pense, mais la violence était pas loin. On pourrait même parler d’Inquisition. Marie aurait-elle prit modèle sur sa grand-mère, Isabelle de Castille?
D’un point de vue économique, cette vendetta contre les hérétiques s’avoue désastreuse et le prestige international que son père avait réussi à obtenir, envolé. En outre en se mariant avec le roi d’Espagne, Philippe II, elle provoque le mécontentement du peuple, inquiet de se retrouver sous le joug espagnol. D’un point de vue artistique, on connait surtout des portraits mais la production est trop peu connue. Il est très certain qu’avec le retour du catholicisme, des images et des objets liturgiques nécessaires au culte furent produits. En quelle quantité? Qui les a fabriqués? Leur destruction automatique à sa mort ne nous permettent que d’émettre des hypothèses.

Elisabeth Ière, la Vierge glorieuse

image

Enfin, après 10 ans de querelles, de répressions, l’avènement de la dernière fille d’Henri VIII en 1558 est accueillit comme une bénédiction par le peuple. Protestante comme environ plus de la moitié de son peuple, elle cesse les exécutions et surtout rétablit a Réforme sans pour autant punir les Catholiques. Cette tolérance et cette générosité, qu’elle tient pour part de son père lui offrira une dévotion sans faille par son peuple. Rapidement aussi se pose la question du mariage : parti anglais ou européen? La question sera discutée jusqu’à ce que l’âge lui empêche d’avoir des enfants. Avec elle s’éteindra donc la brillante lignée des Tudors. Entre temps elle aura le temps de refaire prospérer son pays, de vaincrz l’Invincible Armada espagnole et de préparer sa succession en la personne de Jacques Stuart, fils de sa cousine Marie Stuart qu’elle fera exécuter au cours de son règne.

image

Bien qu’à la suite de Marie Iere, le peuple et les gouvernements européens étaient sceptiques à l’idée d’une autre femme sur le trône d’Angleterre, Elisabeth se montrera comme un modèle de souverain: juste, protecteur, loyal envers son peuple. En clair, elle est une des rares à avoir tenu les promesses qu’elle scella le jour de son couronnement. Reine vierge, elle se maria à son pays, à sa nation, et nombreux sont ceux de dire que cette démarche, pas forcément issue des débacles maritales de son père, fut une réflexion sur sa personne et sur la manière de gouverner. Certes elle n’eut pas d’enfant en propre, et peut-être cette idée la rongea, mais elle eut une nation à nourrir, xe qu’elle fit avec brio.

image

D’un point de vue artistique, elle ne fut pas un aussi grand mécène que son père, le trésor ne le permettant pas, mais elle s’installa dans les appartements encore récemment rénovés au moment de son accession. Son règne fut cependant un moment d’essor de la culture anglaise avec le développement du théâtre avec la figure incontournable de William Shakespeare, mais aussi de la miniature, genre pictural qui deviendra l’apanage des Anglais, avec entre autre les très grands Nicholas Hilliard et Isaac Oliver. Un âge d’or!

image

En l’espace d’un peu plus d’un siècle, l’Angleterre est totalement transformée, que ce soit d’un point de vue politique, économique, social et culturel, tout commr la plupart des monarchies européennes au même moment. On pourrait parler de période classique de l’histoire anglaise tellement les successeurs mais aussi d’autres monarques européens, vont vouloir reprendre les modèles qu’ont été leurs règnes. Je m’hasarderais même à parler de début de monarchie absolue. Le souverain, chef de l’église d’Angleterre, est l’interlocuteur privilégié entre Dieu et le peuple. Si on rajoute à cela une cour entièrement dépendante des faveurs du souverain, une politique intérieure et internationale de grande envergure, un essor économique mais aussi territorial avec les premières colonies américaines, on se rapproche d’un règne d’un certain Louis XIV en France. Et la production artistique sera là pour le prouver. C’est ce que je vous propose de découvrir, dès la semaine prochaine…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s